La liberté de panorama : une exception au droit d’auteur

La liberté de panorama : une exception au droit d’auteur

La liberté de panorama consiste à ne pas demander les droits de l’auteur d’un monument, d’un immeuble ou d’une sculpture avant de la reproduire ou d’en partager les photos. Même pour l’art de rue, si un passant souhaite le photographier pour ensuite le montrer à d’autres via un site internet ou un réseau social, il doit avant normalement demander les droits d’auteurs.

panorama.jpg

Mais avec la liberté de panorama, cela n’est pas nécessaire. En France, cette idée de liberté de panorama n’est pas encore bien connue. D’ailleurs, beaucoup luttent pour offrir à tous une ouverture complète de liberté de panorama, car ce n’est pas encore donné à tout le monde. Cette exception est enseignée en école d »art et de création graphique. Pour obtenir des informations supplémentaires sur ces écoles, vous pouvez vous rendre sur http://www.limart.fr/.

Les principes de base de la liberté de panorama

Les principes de bases de la liberté de panorama sont tout de même compréhensibles. Ils permettent de partager à d’autres par des photographies et des images les monuments ou les bâtiments intéressants dans une ville ou un pays.

liberte-de-panorama.jpg

Ils consistent entre autre à diffuser des images représentant un art, ou un bâtiment architectural via des photographies, afin de partager ce spectacle à d’autres qui se trouvent peut-être dans un autre pays, ou qui ne sont pas en mesure de se déplacer par eux-mêmes afin de voir ces monuments.

Les dérogations

Mais il est à noter la liberté de panorama n’est pas partout appliquée, et même que beaucoup luttent afin d’obtenir des dérogations. Il est vrai qu’il peut être contraignant de devoir demander à chaque fois l’autorisation de l’auteur avant de pouvoir partager certaines images, mais cela permet de respecter le travail de ces artistes. Arrêter la liberté de panorama soutient et protège toute la valeur des œuvres de l’auteur, mais les protège également du piratage et défends le principe même du droit spécial de l’auteur.